Le contreprojet reprend les préoccupations de l'initiative, tout en confirmant le caractère autonome de l'établissement. Il rappelle le cadre fédéral à respecter et reprend les objectifs de limitation des nuisances et de rapport aux autorités contenus dans l'IN 163. Il construit sur la situation existante en agissant sur deux axes : la continuité institutionnelle et l’équilibre entre les contraintes économiques, sociales et environnementales. Compte tenu enfin de l’importance de la desserte aéronautique pour la Genève internationale et pour les entreprises de la région, il s’agit de faire attention à ce que les changements qu’on apporte à la gouvernance de l’aéroport ne soient pas trop sources de bouleversements, de peur de déséquilibrer un système complexe. La CCIG recommande de voter oui.