Les droits de superficie octroyés par la commune en 1969 aux habitants de sept chalets et cabanons du bord de l’eau ont pris fin en mars et avril 2019. Les autorités communales ont décidé de ne pas renouveler ces servitudes pour maîtriser le bâti et le patrimoine de la commune et potentiellement aménager ce lieu considéré comme exceptionnel. Le montant de l’indemnité à verser aux anciens superficiaires pour récupérer leur maison, fixé à 3,54 millions, a été combattu par référendum. La CCIG ne prend pas position sur cet objet.