L’initiative populaire demande que l’immigration des étrangers en Suisse soit réglée de manière autonome sans libre circulation des personnes. En outre, aucun nouveau traité international ne doit accorder de régime de libre circulation des personnes. L’initiative exige également du Conseil fédéral qu’il mette fin, par la voie de la négociation, à l’accord sur la libre circulation des personnes conclu avec l’UE (ALCP) dans les douze mois qui suivent l’acceptation de l’initiative. Si cet objectif n’est pas atteint, le Conseil fédéral doit dénoncer l’ALCP dans un délai supplémentaire de 30

Position de la CCIG

Renoncer à la libre circulation des personnes avec l'UE menacerait l'emploi en Suisse. L'initiative prend par ailleurs le risque de mettre un terme aux accords bilatéraux I et de remettre ainsi fondamentalement en cause la voie bilatérale poursuivie avec l'UE. L'initiative détruit donc la voie bilatérale de la Suisse sans offrir d'alternative. Or, en ces temps d'incertitude mondiale, il est essentiel que la Suisse entretienne des relations stables avec son principal partenaire commercial.

Cette initiative prive les Suisses de la liberté d'apprendre, de vivre et de travailler partout en Europe. La CCIG recommande de la rejeter cette initiative.