Cette initiative est inutile car l’élevage en Suisse présente des petites dimensions par rapport à ce qui se fait ailleurs dans le monde. Les dispositions suisses en matière de protection des animaux comptent d’ailleurs parmi les plus strictes. Les règles concernant les effectifs maximaux empêchent l’élevage industriel. 

L’initiative prévoit certes que la Confédération édicte aussi des directives pour les importations en adéquation avec l’initiative. Il faut toutefois partir du principe que de telles exigences relatives aux importations de produits alimentaires sont incompatibles avec les engagements suisses dans le cadre de l’OMC.