FR
EN

administration cantonale

ShareThis

L’économie : quantité négligeable ?

Juan-Carlos Torres
Posté le 05.07.2018
Comment comprendre la disparition au gouvernement genevois d’un département de l’économie ? A la législature précédente, l’économie était couplée à la sécurité et d’aucuns se demandaient quel était le lien entre eux, si ce n’est l’intérêt témoigné par le magistrat pour ces deux sujets. Même la direction générale, créée début 2017 pour rassembler développement économique, recherche et innovation (DG DERI) est amputée de son adjectif. La disparition de l’économie est justifiée par le fait qu’elle

Le jetlag de la gouvernance

Juan-Carlos Torres
Posté le 30.05.2018
Les voyages en avion font décidément couler beaucoup d’encre et de salive. Dernier voyage en date à agiter le landerneau politique, le retour effectué par le magistrat en charge de l’économie à l’issue d’une mission – économique – en Iran. Etant moi-même du voyage, aux côtés de plusieurs entreprises romandes et genevoises, dans un charter affrété par economiesuisse (pour mémoire, il n’existe pas de vol direct entre Genève et Téhéran), je peux m’exprimer en connaissance de cause. Souhaitant antic

Peut-on faire l’économie de l’Economie ?

Juan-Carlos Torres
Posté le 23.05.2018
Le Conseil d’Etat a donc redistribué les cartes. Premier constat : l’économie a disparu. Plus de département comportant ce mot. Le département de la sécurité est « allégé de l’économie », pour reprendre les termes du communiqué de presse du département présidentiel. Même la direction générale, créée début 2017 pour rassembler développement économique, recherche et innovation (DG DERI) est amputée de son adjectif. J’avais déjà relevé dans les colonnes de l’Agefi, entre les deux tours, que la v

Et si la nouvelle alchimie faisait vraiment avancer Genève ?

Juan-Carlos Torres
Posté le 09.05.2018
Cinq ans durant, Genève a un peu joué aux apprentis sorciers s’essayant à la politique des « trois blocs ». Résultat de l’expérience : beaucoup de fumée et de précipité, mais une solution peu fluide, apte à gripper les rouages d’un exécutif pourtant dynamique. Désormais, avec un Grand Conseil plus traditionnel, composé de 40 élus de l’Entente, 41 de l’Alternative, 19 UDC et MCG, et un Conseil d’Etat équilibré, il y a enfin des chances que des consensus se dégagent et qu’une transversalité app

Et si le clivage gauche-droite favorisait le consensus ?

Juan-Carlos Torres
Posté le 18.04.2018
A l’issue de l’élection au Grand Conseil de dimanche dernier, la droite et la gauche traditionnelles se trouvent chacune renforcée, avec un nombre de sièges presque équivalent : 40 sièges totalisés par le PLR et le PDC, 41 par le PS, les Verts et Ensemble à gauche. Certains s’en lamentent. Si le MCG pourrait parfois continuer de jouer un rôle de pivot, il ne constituera plus, avec l’UDC, ce 3 e bloc si déstabilisant lors de la législature qui s’achève. Il faut au contraire espérer que cette

Nouvelle prestation en ligne à l’office des poursuites

CCIG
Posté le 08.06.2017
Communiqué de presse du département des finances Un nouveau service utile est proposé désormais aux usagers de l’office des poursuites. Ceux-ci peuvent commander en ligne sur Internet des extraits du registre des poursuites concernant des tiers aux conditions de l'art. 8a de la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite (LP). La nouvelle prestation répond à une attente et simplifie considérablement les démarches des usagers. Le formulaire automatique pour l’obtention d’un extrai

Compétitivité des administrations cantonales

CCIG
Posté le 30.03.2017
La disponibilité des interlocuteurs, le coût des émoluments et l’orientation client restent toujours des causes d'insatisfaction vis-à-vis des administrations cantonales. A Genève, on relève néanmoins une satisfaction croissante à l’égard de plusieurs administrations, même si le canton demeure à l’avant-dernier rang du classement.

Manque à gagner pour le fisc

CCIG
Posté le 20.12.2016
L’Etat de Genève subirait un manque à gagner annuel d’environ un million de francs, liée à l’embauche par l’administration de 24 très hauts fonctionnaires domiciliés en Suisse, mais hors de Genève. Au total, un quart de ces hauts revenus n’y seraient pas domiciliés, selon une question écrite déposée par un député. Les résidents vaudois ne rapportent fiscalement rien au canton, contrairement aux frontaliers français. Rappelons que l’obligation de résidence n’est exigible que dans certaines pro