FR
EN

Politique climatique de la Suisse post-2020

ShareThis

 

La CCIG a pris position dans le cadre de la procédure de consultation ouverte par le Conseil fédéral relative à la politique climatique de la Suisse pour la période post-2020. Dans le détail, il s’agissait de se positionner sur les trois enjeux suivants :

1. l’approbation de l’accord de Paris,
2. l’approbation de l’accord bilatéral avec l’UE concernant le couplage des systèmes d’échange de quotas d’émission,
3. la révision totale de la loi sur le CO2 pour la période postérieure à 2020.

S’agissant du premier élément, la CCIG soutient la ratification de l’accord de Paris. L’économie n’a eu de cesse de souligner ces dernières années que les défis en matière de politique climatique devaient impérativement être relevés de manière coordonnée au niveau international. Tout « Alleingang » est en effet inutile, la Suisse ne comptant que pour 0,12% des émissions mondiales de CO2, contre 16,6% pour les USA et 29,2% pour la Chine. Chaque pays doit donc assumer ses responsabilités pour que cette politique ait une chance de succès.

La CCIG soutient également le couplage des systèmes d’échange de quotas d’émission suisse et européen. Il s’agit de permettre à nos entreprises de lutter à armes égales avec leur concurrentes sises dans l’UE. Le trafic aérien est cependant à exclure du champ de ce système, ce secteur ayant de son côté déjà conclu un accord spécifique au niveau mondial.

S’agissant de la révision de la loi sur le CO2, la CCIG a émis de fortes réserves quant aux objectifs suisses de réduction des émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030. Le Conseil fédéral prévoit en effet un objectif de réduction de 50% par rapport au niveau de 1990. Or, cet objectif est supérieur de 10% à celui de l’Union européenne, alors même que la Suisse part d’une position nettement plus exemplaire que l’UE en termes d’émissions par habitant. L’UE aura donc non seulement la tâche plus facile, mais vise un objectif de réduction moindre. Pour atteindre son objectif, le Conseil fédéral prévoit une série de mesures très contraignantes pour les entreprises et la population, ainsi qu’une hausse massive de la taxe sur le CO2, ce qui mettrait à mal la compétitivité de notre économie. La CCIG demande donc que ces mesures soient revues et que la Suisse ne se fixe pas un objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre supérieur à celui que se fixent nos voisins européens.

 

Détails de la position de la CCIG dans : Lettre adressée par la CCIG au Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication le 30 novembre 2016