X
Menu

L'humain plutôt que les lois

Charles Lassauce
Posté le 21/01/2013
Opinions

A l’occasion de son allocution de clôture de la 11e journée du logement, François Longchamp avait mis en lumière la complexité de l’acte de construire à Genève. Pas moins de 102 lois et règlements qui composent un carcan de contraintes limitant la créativité des bâtisseurs et l’optimisation de l’urbanisation.

Lundi passé, dans le cadre de la campagne de votation du 3 mars relative à la loi sur l’aménagement du territoire, Genève a eu l’honneur d’accueillir la Conseillère fédérale Doris Leuthard. Au détour d’une question, elle a surpris son auditoire en pointant du doigt la problématique majeure du canton : l’excès de règlementation. Que tout Genevois (ou presque) tire ce constat et fustige sa conséquence – la pénurie de logements – soit, mais que la Berne fédérale s’en fasse l’écho démontre l’ampleur du problème.

Quelles solutions pour sortir de cette ornière ? Inventaire de quelques pistes : l’article 179 al.2 de la nouvelle Constitution genevoise prévoit la mise en place de « procédures simples permettant la réalisation rapide de projets » ; une réforme du processus d’adoption des PLQ est en cours ; un futur plan directeur cantonal concerté avec les communes sera soumis au Grand Conseil en février.

Le vent souffle dans le bon sens, mais pour faire tourner les éoliennes, il faut plus qu’une brise. Genève attend de ses autorités le courage de s’attaquer avant tout à l’arsenal législatif qui a fait du parc immobilier de notre canton le plus vétuste de Suisse. Ou, dit autrement, qu’elles fassent à nouveau confiance à la capacité des entrepreneurs du bâtiment à trouver des solutions optimales et concertées plutôt que schématisées et imposées. Et si c’était la bonne résolution de 2013 ?

0 commentaire