FR
EN

中國瑞士和諧 *

ShareThis
Philippe Meyer
Posté le 29.05.2013
Opinions

Le Premier ministre chinois Li Keqiang visite l’Europe pour la première fois depuis son entrée en fonction et choisit la Suisse. L’accord bilatéral de libre-échange est au centre des entretiens.

 

La Chine est le premier marché d’exportation de l’économie genevoise. Alors que les Etats occidentaux sont toujours aux prises avec les conséquences de leur irresponsabilité budgétaire et affichent des taux de croissance bas, l’économie chinoise enregistre une croissance de plus de 7% par an.

 

L’accord de libre-échange prévu entre la Chine et la Suisse donne à l’économie suisse un meilleur accès à un marché chinois en plein essor. La Suisse est la première des 20 plus grandes économies à signer un tel accord avec la Chine.

 

La CCIG se réjouit de l’issue rapide des négociations. En effet, à son initiative, le premier round de celles-ci s’était déroulé à Genève. De plus, une bonne nouvelle ne venant jamais seule, celle-ci succède à l’inauguration du vol non-stop d’Air China entre Beijing et Genève, depuis le début de ce mois. Et dans ce dossier également la CCIG a joué et jouera un rôle important, d’abord pour concrétiser cette liaison demandée depuis quelques années par les entreprises de Genève et de toute sa région, mais également pour faire en sorte que ce vol soit un succès sur le long terme.

 

Pour couronner le tout, si l’économie continue de croître à son rythme actuel, les revenus chinois auront quadruplé d’ici à 2020 par rapport à 2000. La CCIG propose à ses membres plusieurs opportunités pour conquérir ce marché au potentiel gigantesque mais qui reste difficile. Ainsi, la CCIG recevra une sous-délégation accompagnant le Premier ministre ce vendredi afin de rencontrer nos membres, et s’est associé à l’Etat de Genève pour proposer une délégation économique avec le Président de Conseil d’Etat à Beijing en septembre afin d’ouvrir des portes sur place à tous les participants !

 

« Peu importe la couleur du chat, pourvu qu’il attrape des souris » avait déclaré Deng Xiaoping il y a plus de 30 ans. De part et d’autre, il y a aujourd’hui toujours plus de souris à attraper pour les entreprises félines, et la chasse est désormais plus ouverte que jamais !

 

* Harmonie Suisse-Chine

0 commentaire