X
Menu

GVA, GVA pas ? GVA pas le choix

Philippe Meyer
Posté le 12/06/2013
Opinions

Logements introuvables, routes engorgées, trains bondés : Genève a du pain sur la planche pour adapter ses infrastructures à son développement. Car, heureusement, la croissance, qui génère les emplois, est encore une réalité à Genève.

Espérer mettre fin à cette croissance en s’opposant à toute nouvelle infrastructure – comme les Verts le font actuellement au sujet de la modernisation de Genève Aéroport et de son Aile Est – n’aurait pour effet que d’aboutir à une croissance désordonnée plutôt que canalisée.

En faisant opposition à la modernisation de Genève Aéroport, les Verts et les associations écologistes se tirent une balle dans le pied : la mise à jour de cette partie de l’aéroport permettra d’offrir un confort et un accueil des passagers digne de Genève, d’optimiser les mouvements de tous les véhicules (et donc de réduire la pollution) et, enfin, d’améliorer les conditions de travail des employés. Pour couronner le tout, les opposants mettent en péril non seulement la Genève internationale mais aussi les industries exportatrices de toute la Suisse romande. Quant à l’argument anti-compagnies aériennes à bas prix, il est hors sujet puisque cette aile sera dédiée aux vols long-courriers. C’est d’ailleurs un étonnant paradoxe pour un parti de gauche de vouloir réserver les voyages aux riches…

Il faut se rappeler qu’à Genève, il y a ceux qui travaillent, créent des emplois et paient des impôts, et il y a ceux qui disent non : non à l’aéroport, non aux véhicules privés, non aux nouveaux musées, non à la densification du canton … Notre aéroport est trop important pour le laisser, tel un jouet, aux mains de politiciens irresponsables. Soutenons-le !

0 commentaire