FR
EN

Pas de syndrome Astérix pour Genève !

ShareThis
Alexandra Rys
Posté le 05.06.2013
Opinions

Le Service de la promotion économique (SPEG) a présenté aujourd’hui ses résultats 2012. Sans surprise, eu égard à la crise, le nombre de sociétés locales conseillées et suivies a augmenté. Néanmoins, comme le conseiller d’Etat Pierre-François Unger l’a fait remarquer, si Genève s’en sort malgré tout – et témoigne d'une croissance faible mais continue du nombre d'emplois –, c’est grâce à la diversification de son tissu économique. On peut être heureux de cette situation. Mais faut-il s’en satisfaire ?

 

En 2012, seules 23 entreprises étrangères se sont implantées dans le canton. Le franc fort en est l’une des principales causes. Mais quand on voit que seul 8,8 % du budget de la promotion est affecté à la promotion exogène, il est permis de se demander si l'on ne s’est pas tiré dans le pied… En outre, sur cette maigre stipende, 700 000 francs vont aux activités du Greater Geneva Bern area et seulement 480 000 au SPEG. Cette répartition sert-elle vraiment au mieux les intérêts de Genève  ?

 

Il ne faut avoir ni honte ni peur de faire une vraie promotion à l’étranger, car la diversification du tissu économique est un ouvrage cent fois remis sur le métier et composé d’innombrables fils. Nous ne pourrons faire croître et embellir activités actuelles et secteurs prometteurs tels que les cleantech en comptant sur la seule créativité locale, même pétillante. Une promotion exogène bien comprise – en priorité sur les domaines où des synergies avec des entreprises existantes sont possibles – doit faire partie de la trousse à outils économiques de ce canton.

 

Pour conclure sur une note plus positive, la Chambre relève avec plaisir que, sur les quatre actions présentées comme marquantes par la Direction des affaires économiques, deux ont été initiées ou vigoureusement soutenues par la CCIG : la nouvelle loi sur la mixité des zones industrielles et la nouvelle gouvernance du tourisme. Analyser l'environnement de manière pointue et formuler des propositions pour assurer à Genève une économie forte, telle est la mission de la Chambre. Et elle compte la poursuivre longtemps encore.

0 commentaire