FR
EN

Les Genevois pourront enfin acheter leur pain quotidien…tous les jours

ShareThis
ccig@admin
Posté le 28.03.2014
Communiqués de presse

(Genève, le 28 mars 2014) La CCIG salue l’adoption par le Grand Conseil, le jeudi 27 mars dernier, du projet de loi 10982 modifiant la loi sur les heures d’ouverture des magasins (LHOM). En mettant fin à la pratique actuelle qui oblige les boulangeries à fermer un jour par semaine, cette modification permettra aux boulangeries du canton d’ouvrir 7 jours sur 7 et ainsi de pouvoir lutter à armes égales contre la concurrence, notamment celle des commerces sis en zone frontalière.

 

Les opposants ont vainement brandi l’épouvantail de la dégradation des conditions de travail des employés pour tenter d’empêcher l’adoption du projet de loi. Mais le Grand Conseil n’a pas été dupe. En modifiant uniquement le régime des heures d’ouverture, la loi ne remet pas en question les protections offertes par le droit travail. A droit du travail égal, toute heure d’ouverture supplémentaire se traduira donc bel et bien par une hausse de l’emploi et non par une augmentation des heures travaillées par les employés. Il y a fort à parier que cette nouvelle offre de travail d’appoint sera bénéfique pour les étudiants et autres travailleurs à temps partiel.

 

En permettant aux boulangeries du canton d’organiser leur ouverture comme bon leur semble, le Grand Conseil leur permet ainsi de lutter à armes égales face à la concurrence. « Cette correction est d’autant plus logique », souligne Jacques Jeannerat, directeur de la CCIG, « que la raison d’être des boulangeries est de vendre un produit frais, consommé le jour même ».

 

Plus généralement, la CCIG est en faveur d’un régime souple des heures d’ouverture des commerces, enjeu actuellement en discussion au niveau fédéral. Il est en effet urgent de permettre aux commerçants de s’organiser selon leurs besoins propres et les demandes des clients, ceci sans porter atteinte au droit du travail et à la protection des travailleurs.
 

 

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez contacter Jacques Jeannerat, directeur de la CCIG, 078 622 22 91

0 commentaire