FR
EN

Visibilité et prévisibilité sont les deux mamelles de l’économie

ShareThis
Jacques Jeannerat
Posté le 11.06.2014
Opinions

La semaine dernière, le Conseil des États a renvoyé en commission l'initiative populaire qui prévoit un impôt national sur les successions pour financer l'AVS. Lancée par le Parti évangélique et la gauche, celle-ci prévoit notamment de taxer à 20% les héritages dès deux millions.

Nous constatons que ce renvoi en commission signifie que les PME – qui seront les principales victimes de l’initiative si elle venait à passer - vont rester dans le flou des années encore, alors qu’elles ont précisément besoin d’une bonne visibilité : si elles doivent mettre des moyens de côté pour payer l’impôt, ceux-ci ne seront pas disponibles pour investir et créer ou préserver des emplois.

Notre Enquête conjoncturelle 2012-2013 avait montré combien la difficulté qu’avaient les entreprises à faire des prévisions leur compliquait la vie. L’Enquête 2013-2014 était déjà plus souriante. Il est donc malheureux que la politique introduise des éléments d’incertitude à peine le plus gros de la crise économique passé.

Car il n’y a pas que cette initiative sur les successions. N’oublions pas que le débat sur la réforme de l’imposition des entreprises (voir à ce sujet le CCIGinfo n°6 à paraître cette semaine) ouvre également une ère d’incertitude, pour les multinationales cette fois. Or, quelle que soit la taille de l’entreprise, l’incertitude est la pire ennemie du tissu économique. Espérons que les politiciens en prendront conscience avant qu’il ne soit trop tard.

0 commentaire