X
Menu

Rues des Voitures et Boulevard des TPG

Jacques Jeannerat
Posté le 02/07/2014
Opinions

Bon nombre d’entreprises ont besoin, tout au long de la journée, de se déplacer pour développer leurs activités. Mais les rues de Genève sont engorgées. Engorgées parce que très souvent mal organisées, avec tous les types de véhicules dans chacune d’entre elles.

 

Il est grand temps de prendre les mesures nécessaires pour que chaque mode de transport puisse être plus performant, plus rapide, et pour qu’il réponde mieux aux besoins spécifiques de ces deux publics : les TPG et leurs usagers, les entreprises et leurs clients.

 

Ne pas faire circuler dans toutes les rues tous les modes de transports, sans qu’aucun d’entre eux n’ait la priorité, telle est la revendication de la CCIG. Concrètement, la rue des Acacias, par exemple, doit offrir la priorité aux trams et aux bus alors que la rue parallèle, celle de l’Ecole de médecine (qui a par ailleurs fort heureusement retrouvé sa bidirectionnalité), doit être dévolue aux véhicules privés.

 

Les exemples de ce type ne manquent pas, comme la rue de la Servette et la rue du Grand Pré. Avec pour résultat une vitesse commerciale des TPG plus élevée (elle s’élève aujourd’hui en moyenne à peine à 16 km/h et fait la risée des cyclistes…) et, dans la rue parallèle, les camionnettes de livraison et les véhicules d’entreprises qui circulent avec une meilleure fluidité.

 

En résumé, la complémentarité des modes de transports passe par une diversification marquée des voies de circulation

0 commentaire


Les commentaires sont modérés avant d'être publiés