X
Menu

150 ans de défense de l’économie

Jacques Jeannerat
Posté le 18/03/2015
Opinions

A quelques jours de la 150e Assemblée générale de notre Chambre, il n’est pas inutile de se remémorer les principes qui ont présidé à la création notre institution. La liste en a été dressée en 1940, par son directeur d’alors, Robert Jouvet*  :

 

1. Une complète indépendance vis-à-vis de l’Etat
2. Le libéralisme économique et l’opposition, par conséquent, à l’étatisme et au protectionnisme
3. Le fédéralisme en tant qu’élément indispensable de la structure du pays
4. Un coût de la vie modéré et la condamnation, par conséquent, de la politique d’isolement et de vie chère
5. Des finances publiques saines et la lutte, par conséquent, contre la fiscalité exagérée résultant de l’accroissement insensé des dépenses publiques, de la Confédération en tout premier lieu
6. La recherche, pour Genève, d’un régime tenant compte de sa situation unique au sein de la Confédération.
Si quelques formulations trahissent le passage du temps, nous n’avons, aujourd’hui, rien à ôter à cette liste. Sans doute plaçons-nous à un endroit différent le curseur des dépenses publiques « insensées » mais, sur le fond, nous militons toujours pour des finances publiques saines. Quant au « régime tenant compte de (l)a situation unique » de Genève, il est au cœur même de notre réflexion sur la mise en œuvre de la troisième réforme de l’imposition des entreprises.

 

Représentative dès son origine de toutes les composantes du tissu économique genevois, la Chambre de commerce s’est toujours distinguée par le fait « qu’elle n’épouse les intérêts particuliers d’aucune des branches économiques mais s’attache essentiellement à la défense de leurs intérêts communs. » Dans le tourbillon des jours où s’accumulent les difficultés conjoncturelles, il est bon de se souvenir que l’économie n’a qu’un objectif : servir au bien-être de notre collectivité.

 

 

* Aperçu de l’activité de la Chambre de commerce de Genève, 1865-1940, 1965.

0 commentaire


Les commentaires sont modérés avant d'être publiés