FR
EN

Lourdeur des procédures et serviabilité déficiente : la marge de progression reste importante

ShareThis
Communiqué de presse
Posté le 23.04.2015
Communiqués de presse

(Le 23 avril 2015) L'enquête menée par les Chambres de commerce de Suisse latine auprès des entreprises révèle que, comme en 2011 et 2013, les procédures et l'orientation client restent toujours des causes d'insatisfaction dans les administrations cantonales. Genève stagne à l’avant-dernier rang.

Les entreprises genevoises insatisfaites de l’administration

Les entreprises genevoises demeurent peu satisfaites des prestations de l’administration cantonale. Comme en 2013, elles lui décernent une note globale de 6,2, ce qui classe notre canton à l’avant-dernière place.

L’insatisfaction est particulièrement grande vis-à-vis de l’administration fiscale, avec deux fois plus de répondants mécontents qu’en 2013 (32% contre 16%). Hausse de l’insatisfaction également face à l’Office de l’emploi qui, paradoxalement, enregistre en parallèle une hausse de la satisfaction (au détriment de la catégorie « assez satisfait »). Quant à l’Office de la population, il reste critiqué par un tiers de répondants.

Si l’amabilité des interlocuteurs au sein de l’administration est toujours bien notée, presque une entreprise genevoise sur deux estime qu’ils sont insuffisamment disponibles. Constat encore plus sévère pour la serviabilité : un tiers des répondants sont insatisfaits, soit le double de 2013 et nettement plus que dans les autres cantons. L’insatisfaction par rapport au coût des émoluments est, pour sa part, en baisse de 12% mais elle s’établit tout de même à 35%.

Que ce soit sur la durée des mises à l’enquête ou sur le formalisme des procédures, les entreprises genevoises sont insatisfaites des services de protection de l’environnement et d’aménagement du territoire. 80% des répondants jugent les procédures longues (alors que la moyenne des cantons latins est de 56%) et 72% d’entre eux pensent qu’elles sont compliquées. Faut-il y voir un corollaire, Genève détient aussi la palme du nombre des autorisations délivrées sous conditions. Seule la collaboration entre cantons et communes est jugée plus favorablement qu’en 2013.

Près d’un tiers des répondants critiquent les procédures de l’inspection cantonale du travail et la moitié des entreprises estiment qu’elles sont coûteuses en temps et/ou en argent. Les compétences des collaborateurs de ce service sont néanmoins jugées favorablement (comme dans les autres cantons latins).

Pour terminer sur une note positive, la promotion économique, déjà bien jugée en 2011 et 2013, progresse, avec 59% d’entreprises «tout à fait satisfaites». Une nette majorité d’entreprises est d’avis que celle-ci est utile au développement du tissu économique local, ce qui est le plus fort taux de satisfaction enregistré.

Lire le communiqué d'InfoChambres

Voir la présentation

 

0 commentaire


Les commentaires sont modérés avant d'être publiés