FR
EN

Transition énergétique : un dossier à haute tension

ShareThis
Nathalie Hardyn
Posté le 30.09.2015
Opinions

La Suisse est-elle en train de rater sa sortie du nucléaire, comme on l’a souvent lu après les débats sur la nouvelle politique de l’énergie au Parlement fédéral ? A vrai dire, le nucléaire est l’arbre qui cache la forêt. Pour résumer, il faudra consommer beaucoup moins d’énergie, privilégier le renouvelable et mettre la main au portefeuille pour financer cette aventure. Si l’arrêt des centrales fait l’unanimité, concrétiser la nouvelle politique se révèle très complexe et le projet, en l’état, ne convainc toujours pas.

La première étape de cette politique, actuellement débattue au Parlement fédéral, ne permettra d’atteindre que la moitié des objectifs. La seconde, une réforme fiscale écologique, fait déjà l’objet d’une forte contestation. À ce jour, le scénario qui verrait la mise en place d’une politique énergétique boiteuse, avec des buts ambitieux, mais pas les outils pour les atteindre, ne semble donc pas totalement exclu.

Il n’est pas question de revenir sur la décision de fermer les centrales nucléaires suisses, mais le plan doit encore être sérieusement amélioré. Le Conseil des Etats s’y est employé, en y apportant des retouches pragmatiques. C’est la seule manière de mener à bout ce projet. Le peuple aura en effet le dernier mot. S’il a l’impression qu’on lui cache une partie de la vérité, la transition énergétique sur laquelle le gouvernement planche depuis quatre ans passera sans nul doute à la trappe.

0 commentaire


Les commentaires sont modérés avant d'être publiés