FR
EN

Les aéroports doivent être performants

ShareThis
Jacques Jeannerat
Posté le 09.03.2016
Opinions

Nous avons été heureux de constater que la Confédération, dans le « rapport sur la politique aéronautique » qu’elle vient de publier, a abondamment souligné l’importance « extraordinaire » que l’aviation civile revêt pour un pays enclavé comme la Suisse et, en particulier, le rôle économique majeur des aéroports internationaux. Ainsi, le rapport souligne combien les problèmes de capacité que connaît actuellement l’aéroport de Genève (mais aussi celui de Zurich) constituent un facteur handicapant et ce, au moment où les aéroports européens aux caractéristiques comparables envisagent ou ont la possibilité de s’agrandir.

Certes, l’exiguïté d’un territoire par ailleurs densément peuplé – notamment à Genève – représente une barrière physique réelle au développement des aéroports. On peut néanmoins, comme le fait la Confédération, réfléchir en termes d’optimisation des installations, du service de la navigation aérienne et des procédures de vol.

Mais il ne saurait y avoir de doute : d’une manière ou d’une autre, l’aéroport de Genève doit être mis en situation de répondre à la demande. Faut-il pour cela aller jusqu’à souhaiter que la Confédération intervienne dans la planification de l’aménagement des cantons aéroportuaires ? L’inclusion dans le Plan sectoriel de l’infrastructure aéronautique (PSIA) d’« objectifs contraignants en matière de performance et de capacité » est mentionnée. En l’état, notre système fédéraliste ne permet pas à la Confédération d’intervenir directement à ce niveau dans les compétences cantonales. Il faut trouver un juste équilibre entre les compétences de la Confédération, celles de Genève et un développement de notre aéroport qui prenne en considération tant les besoins des entreprises que ceux des habitants de la région.

0 commentaire


Les commentaires sont modérés avant d'être publiés