X
Menu

La formation professionnelle supérieure au service de la société

Alexandra Rys
Posté le 27/04/2016
Opinions
 

La CCIG rappelle volontiers que, en l’absence de matières premières, la Suisse se nourrit – au propre aussi bien qu’au figuré – des savoir-faire qu’elle a développés au fil du temps et de ceux qu’elle suscite aujourd’hui. La pérennité de ce système repose sur la qualité des cerveaux dont dispose son économie. 

En offrant des formations tertiaires de niveau universitaire, axées sur la pratique professionnelle, les écoles de la HES SO Genève répondent à ce besoin. Elles sont l’un des maillons du dispositif de formation qui permet aux entreprises de trouver, ici, les talents qui leurs sont indispensables pour se développer.

Lorsque la CCIG a appris que la HES souhaitait manifester son ancrage au travers de l’événement « Frontières et urbanité », ce thème nous a semblé si bien entrer en résonance avec nos préoccupations, puisque l’aménagement du territoire fait partie des 

quatre conditions cadre prioritaires sur lesquelles nous travaillons, que nous n’avons pu qu’accepter de devenir partenaire de l’événement !

Ce partenariat s’exprime concrètement à quelques pas de la Chambre, à la place Bel-Air, par l’une des 25 bornes-miroir disposées dans le Grand Genève. La nôtre a pour titre – évidemment ! – « Espace et Economie ». Le reflet, en somme, de tout ce que la HES peut apporter à notre tissu économique régional…

0 commentaire


Les commentaires sont modérés avant d'être publiés