FR
EN

Défendre les locataires, c’est aussi leur permettre d’acheter leur logement !

ShareThis
Charles Lassauce
Posté le 17.05.2016
Opinions

Depuis 1972 au plan fédéral et depuis 2013 au plan genevois, la Constitution affirme la nécessité de favoriser l’accession à la propriété individuelle de son logement. La modification de la LDTR (loi sur les démolitions, transformations et rénovations de maisons d'habitation) qui est soumise au vote le 5 juin ne fait rien d’autre. Elle part du principe que, si le bailleur et le locataire sont d’accord pour que le locataire achète le logement qu’il occupe, la transaction peut aller de l’avant.

Contrairement à l’épouvantail qu’agitent certains milieux, on est à mille lieues d’une expulsion programmée des locataires ! Les conditions posées sont nombreuses et, en particulier, l’acquéreur doit être locataire de l’appartement depuis cinq ans au moins, le prix de vente ne peut pas dépasser 6900 francs par mètre carré PPE et les locataires restants obtiennent la garantie de ne pas être contraints d’acheter.

Cette modification n’appauvrirait pas davantage le parc locatif genevois. Le locataire qui habite depuis cinq ans dans son appartement loué et qui souhaite l’acheter démontre la volonté d’y rester à moyen et long terme. Cela ne change rien que l’appartement soit en location ou en propriété.

C’est à se demander si les milieux qui se disent défenseurs des locataires ne sont pas surtout attachés à défendre leur fonds de commerce politique. Des locataires qui deviendraient des propriétaires comblés ? La CCIG, pour sa part, pense que c’est une excellente idée et vous invite à voter OUI !

1 commentaire

Ashwani SIngh
Posté le 18.05.2016
Avec 83% de locataires dans notre canton et l'assouplissement proposé de la LDTR qui n'augmenterait que très modestement la part des propriétaires, on comprend mal les raisons de cet acharnement de la part des milieux qui défendent prétendument les locataires. En tout cas pas pour des raisons objectives. Probablement pour des raisons cachées inavouables.

Les commentaires sont modérés avant d'être publiés