X
Menu

Comment se préparer aux coups de folie en entreprise?

CCIG
Posté le 29/09/2016
Comptes rendus

L’actualité l’a démontré, le risque d’attaque «terroriste» se développe partout: sous nos contrées et parfois jusque dans les entreprises. S’il n’y a jamais eu de passage à l’acte à Genève, on a recensé 19 alertes sérieuses, désamorcées à temps. Ce jeudi matin, il y avait salle comble à la CCIG pour assister à la dernière présentation du Forum Genevois de la Sécurité. Le 1er lieutenant Frédéric Jouët a évoqué comment la police cantonale se préparait à ce type de menaces, tant pour les détecter que les «gérer».

Il faut d’abord distinguer les cas dit «AMOK», des agresseurs ou tireurs actifs qui agissent seuls dans le but de faire un carnage avant de se suicider. Et les cas de «tueries préparées» destinées à défendre des causes. Dans les deux cas, ce qu’il faut retenir, c’est le réflexe de se protéger, d’alarmer le 117 et de gérer l’événement avec calme sans prendre d’initiative personnelle. Et sans rentrer dans la psychose, tous les renseignements qui peuvent être fournis en amont concernant des soupçons, comme un sac abandonné dans un lieu public, peuvent être utiles aux spécialistes.

0 commentaire


Les commentaires sont modérés avant d'être publiés