X
Menu

Les exportations genevoises tiennent le cap

Vincent Subilia
Posté le 19/01/2017
Opinions

Alors que s'est tournée la page d’une année 2016 dominée par les tendances protectionnistes qui ont conduit au Brexit ou à l’élection de Trump, l’industrie d’exportation genevoise se nourrit toujours davantage de son ouverture au monde. En témoigne le nombre record de documents d’exportation délivrés par la CCIG, qu’il s’agisse de certificats d’origine ou de carnets ATA, en hausse de 10% !

Baromètre de la bonne tenue du tissu économique genevois, ce marqueur atteste de la résistance de nos entreprises, pourtant durement frappées par la force du franc. Deux ans après l’abolition du taux plancher par la BNS, il apparaît qu’elles sont en partie parvenues à adapter leur outil de travail à ce nouvel environnement. Mieux encore, une étude publiée cette semaine par KPMG indique que nos entrepreneurs affichent une confiance accrue en l’avenir.

Cette résistance est non seulement imputable à leur agilité, mais également à la diversité des pôles de compétences helvétiques, qui permet un effet de compensation. Un facteur de résilience indissociable du développement de notre région. L’innovation, dont la Suisse se doit d’être le fer de lance, joue également le rôle déterminant que nous lui connaissons.

Il n’en demeure pas moins que nombre d’employeurs souffrent, que l’érosion des marges et que le ralentissement des ventes (qu’il soit imputable à l’essoufflement chinois, aux sanctions russes ou au prix du baril) ne saurait indéfiniment se poursuivre.

A ce titre, les efforts engagés pour renforcer encore le rayonnement de Genève et de la Suisse sur les marchés étrangers sont déterminants. A défaut de matières premières, la Suisse dispose d’une précieuse matière grise. Elle recèle des savoir-faire exemplaires : fédérons les bonnes volontés pour le faire savoir ! La CCIG entend y contribuer de façon déterminante, sous l’angle macro-économique (par la promotion des conditions cadre), comme micro-économiques (par des prestations à destination de nos membres).

C’est ainsi que la CCIG pourra continuer à afficher les résultats réjouissants de son Service visas et légalisations, dont la seule vocation est d’être au service des entreprises genevoises. Nos acteurs économiques pourront ainsi poursuivre sur la voie de la croissance que nous leur souhaitons, à l'aube de cette nouvelle année.

0 commentaire


Les commentaires sont modérés avant d'être publiés