FR
EN

Prévisibilité compétitive : rempart contre le protectionnisme ?

ShareThis
Vincent Subilia
Posté le 11.01.2017
Opinions

Alors que 2016 s’est terminée par l’élection de Donald Trump, 2017 s’ouvre sur les incertitudes imputables à ce coup de tonnerre politique aux Etats-Unis, second partenaire commercial de la Suisse.

A l’instar du Brexit, cette élection – traduisant un repli identitaire associé à un patriotisme économique exacerbé – augure un double écueil pour la place genevoise. Tout d’abord, la tentation de relocalisation qui pourrait animer certaines sociétés américaines, historiquement établies sur nos terres, à la faveur de la réduction massive d’impôts annoncée au détour de quelques tweets du futur président. Ensuite, la baisse potentielle de la contribution des Etats-Unis au budget des organisations internationales présentes sur sol genevois, considérées comme le suppôt du multilatéralisme, conspué par le futur locataire de la Maison Blanche.

S’il est certes légitime de souligner le populisme démagogique du milliardaire Trump, espérons que la dimension pragmatique de l'entrepreneur, successeur d'Obama, l’emporte.

C'est également avec pragmatisme qu'il conviendra de répondre à cette nouvelle tectonique des plaques, et au protectionnisme qui la caractérise. En valorisant nos atouts complémentaires, d'abord. RIE3 offre une robuste ligne de défense aux entreprises tentées par les sirènes d’outre-Atlantique ; la prévisibilité compétitive ainsi instaurée devrait contribuer à les maintenir sur nos rives. Il en va de même du dialogue économique constructif qu’il importe de conserver avec Washington.

A ce titre, la CCIG se réjouit de mener, conjointement avec l’Etat de Genève, une délégation économique aux Etats-Unis, début mai. Conduite par le conseiller d’Etat Pierre Maudet, celle-ci permettra notamment de s’imprégner de la culture de l’innovation que la Suisse partage avec l’Oncle Sam, en s’immergeant dans la Silicon Valley. Une première étape à New York permettra d’observer la clinquante Trump Tower, en espérant que son propriétaire prenne soin de ce partenaire économique de premier plan qu'est la Suisse.

0 commentaire


Les commentaires sont modérés avant d'être publiés