X
Menu

Investir dans une vision d’avenir

Jacques Jeannerat
Posté le 10/05/2017
Opinions

Ayant eu l’occasion cette semaine, en compagnie de membres du Conseil et de collègues de la CCIG, de parcourir le tunnel CEVA de Champel en voie d’achèvement, plusieurs pensées me sont venues à l’esprit.

Tout d’abord, l’admiration renouvelée devant le génie humain, capable de franchir une rivière et de creuser la montagne pour faire passer des trains. Certes, les tunnels ne sont pas une nouveauté. Mais aujourd’hui, le génie humain s’emploie aussi à créer des machines qui permettent d’accomplir une tâche, en garantissant une sécurité maximum et en limitant les nuisances pour les travailleurs sur ces chantiers hors normes.

Ensuite, l’impérieuse nécessité dans laquelle nous nous trouvons d’accroître notre capacité à investir dans des infrastructures d’envergure. L’endettement d’une collectivité publique n’est, en soi, pas forcément problématique, car la collectivité se doit d’investir. Mais à Genève, sur les 25 dernières années, l’autofinancement moyen des investissements se situe à 62% seulement. Or, un taux si faible ne devrait s’observer qu’en période de récession. Comme les recettes fiscales par habitant sont déjà les plus hautes de Suisse, la seule solution pour arriver à un taux d’autofinancement satisfaisant est de consentir à des efforts substantiels s’agissant des dépenses courantes.

Outre les indispensables moyens financiers, il faut surtout à nouveau oser envisager des projets dont la réalisation s’étendra au-delà d’une législature. La CCIG s’était fortement engagée en faveur de la réalisation du projet CEVA et de son réseau ferré intitulé «Léman Express». Après la phase où seuls les dessins faisaient miroiter les avantages de la nouvelle liaison, on est passé aux premiers coups de pioche. A présent, nous voyons le bout du tunnel, dans tous les sens du terme.

Comme le symbolise le CEVA pour la mobilité, le maintien d’un cadre de vie agréable pour tous ne sera pas possible uniquement au travers de mesurettes. De puissantes infrastructures sont nécessaires : c’est aussi dans une vision d’avenir qu’il convient aujourd’hui d’investir.

0 commentaire


Les commentaires sont modérés avant d'être publiés