FR
EN

La Birmanie, pays prometteur pour les investisseurs

ShareThis
Nicolas Grangier
Posté le 29.05.2017
Comptes rendus

La CCIG a accueilli ce 29 mai un séminaire sur le potentiel d’investissements en Birmanie (Myanmar), au centre du sud-est asiatique. Présentation avec un spécialiste et deux entrepreneurs locaux.

La Birmanie est désormais un pays en plein essor et de plus en plus stable, après des décennies de dictature, s’est réjoui Alec Maurice, directeur de Thura Swiss. La démocratie a succédé progressivement au régime militaire socialiste. Cet Etat du sud-est asiatique de 52 millions d’habitants se situe idéalement entre les pôles indien, chinois et indonésien.

Il y a cinq concepts actuels à retenir: la privatisation des entreprises d’Etat / la création de nouvelles institutions / le développement du secteur agricole / le nouveau système financier / la législation favorisant l’ouverture. A ce titre, citons le MIL et le MIC, lois qui ont permis des investissements et acquisitions de l’étranger. La banque-finance ou les télécom sont aussi des secteurs d'avenir.  Le commerce d’exportation est fait pour moitié de pétrole et gaz, d’un quart d’agriculture et d’un quart de ressources diverses comme les pierres précieuses.

Puis, c’était au tour d’Amy Nyunt, PDG de la société de services de données Netsmart, de témoigner en tant qu’entrepreneur en Birmanie. Elle dit avoir provoqué des opportunités pour trouver sa place dans l’économie régionale. Paul Franck, PDG de Geopetrol Myanmar, a aussi donné les défis à relever pour réussir des opérations sur place. « Comme investisseur étranger, il faut d’abord prendre le temps de s’intégrer et d'être accepté avant de profiter des commodités existantes. A ce titre, la négociation est primordiale ».

0 commentaire


Les commentaires sont modérés avant d'être publiés