X
Menu

On n’est pas sortis de la crise… des dépenses

Frédérique Reeb-Landry
Posté le 28/09/2017
Opinions

L’Etat de Genève va plonger dans le rouge. Mais, pour une fois, le projet de budget 2018 montre que les revenus fiscaux, qui ont stagné, n’auront pas permis d’éviter une passe difficile. Une situation hélas bien connue de nombreuses entreprises.

La différence est que celles-ci, dans une telle situation, privilégient trois éléments : elles réduisent leurs dépenses et se concentrent sur les activités où elles apportent une véritable valeur ajoutée. En clair, pour l’Etat, cela se traduirait par des prestations en moins. Ensuite, l’entreprise va se focaliser sur l’essentiel en améliorant son efficience. Les nouvelles technologies, la digitalisation en particulier, peuvent aider à aller en ce sens sur tout le volet administratif et comptable. Enfin, la société analyse ses charges et cherche à réduire la masse salariale, mais pas forcément en coupant dans les effectifs. A ce titre, l’Etat peut jouer sur les mécanismes salariaux automatiques ou le système de prévoyance de la fonction publique, quitte à déplaire.

Dans ce budget de crise, deux notes réjouissantes : la diminution de la dette de près d'un milliard de francs et une enveloppe de quelque 800 millions en investissements, qui prend en compte le retard en infrastructures du canton. Espérons qu’elle intègre 6,3 millions pour financer les études de la traversée lacustre, cruciale pour désengorger Genève.

Car ce projet entre dans les conditions cadre que la CCIG défend au quotidien pour aider à créer de la richesse au bénéfice des rentrées fiscales et de l’équilibre budgétaire… Et sortir enfin de la crise des dépenses.

0 commentaire


Les commentaires sont modérés avant d'être publiés