X
Menu

Genève, au carrefour de l’économie locale et internationale

Vincent Subilia
Posté le 14/03/2018
Opinions

Alors que le locataire de la Maison Blanche menace d’imposer de nouvelles taxes douanières aux importations d’acier et d’aluminium sur territoire américain, il est bon de rappeler que l’économie suisse se nourrit de son ouverture au monde, comme de la diversité des secteurs qui y prospèrent. La santé du tissu économique genevois est quant à elle tout particulièrement corrélée à l’économie internationale.

Le repli protectionniste incarné par l’administration Trump constitue donc un signal préoccupant pour notre marché, et ce à un double titre. D’abord, il pénalise une économie globalisée telle que la nôtre, dont 1 franc sur 2 est gagné à l’étranger. Ensuite, il fragilise davantage encore le système économique multipolaire dont l’OMC est le garant et son hôte Genève, le porte-voix.

Plus grave encore, ces mesures unilatérales font craindre que n’éclate une réelle guerre commerciale entre les protagonistes déterminés à répondre à cet assaut unilatéral. Les victimes seront, sans aucun doute, les économies exportatrices. Privée de matières premières mais dotée de matière grise, Genève doit faire entendre sa voix – par le biais de nos autorités fédérales – pour s’assurer que nos entreprises soient fermement défendues face aux crispations nationalistes qui assombrissent nos perspectives de croissance. Il en va du dynamisme de notre commerce international et donc, par effet réflexe, de la vitalité de notre économie locale.

0 commentaire


Les commentaires sont modérés avant d'être publiés