X
Menu

Mettre GIMS en avant

Nicolas Grangier
Posté le 14/03/2018
Opinions

Les Genevois redoutent souvent la période du Salon de l’Auto (qui a désormais comme acronyme GIMs pour Geneva International Motorshow) en raison de ses bouchons routiers. Mais il faut continuer à soutenir cette grand’messe de la voiture pour plusieurs raisons. D’abord, cela reste l’événement-phare de l’année pour Genève, a fortiori pour Palexpo qui l’accueille.

Les retombées se chiffrent en dizaines de millions de francs pour l’économie locale, qu’il s’agisse des ventes de voitures ou du remplissage des hôtels et restaurants. Ensuite, l’industrie automobile s’est adaptée aux enjeux de notre environnement, et même plus vite que ses clients attachés à leurs moteur essence. Il y a 20 ans, les marques proposaient déjà des modèles électriques et hybrides. Si à l’époque, cela passait plus pour du snobisme, ce segment est devenu tendance, voire incontournable. Enfin, la voiture fait toujours rêver petits et grands. Comment expliquer sinon pourquoi le stand surmonté du cheval cabré attire des gens qui ne pourront souvent que s’en acheter le modèle réduit ? Autant d’arguments qui militent - sans mauvais jeu de mot - pour mettre GIMS en avant.

Il n’empêche que l'industrie automobile se pose des questions : la chute du diesel est annoncée, le succès des 4X4 va contre le cours du temps et les clients ont encore des réticences face aux propulsions vertes. Pendant ce temps, les instances publiques préparent des normes anti-CO2 des plus contraignantes. L’auto de demain passera aussi par des technologies avancées et par l’intelligence artificielle qui la rendra plus raisonnée. Mais elle suscitera toujours la passion, carburant de tout être humain !

 

0 commentaire


Les commentaires sont modérés avant d'être publiés