FR
EN

Espionnage économique en Suisse : lancement d'une étude

ShareThis
CCIG
Posté le 03.07.2018
Nouvelles

En comparaison avec d’autres pays européens, le phénomène de l’espionnage économique n’a pas été suffisamment étudié et documenté en Suisse, malgré un grand intérêt du public et des discussions récurrentes dans les médias. Il s’agit à la fois de cas concrets et de faits suspects.

Par ailleurs, il faut s’attendre à un nombre élevé de cas non signalés pour diverses raisons. Cela est dû au fait que, d’une part, les entreprises ne sont pas au courant de ces attaques ou ne les signalent pas et, d’autre part, les possibilités d’observation de ce phénomène par les organismes gouvernementaux sont limitées.

Afin d’étudier l’ampleur de l’espionnage économique en Suisse, le Service de renseignement de la Confédération (SRC) a commandé une étude qui, en plus d’une évaluation quantitative représentative, produira notamment des informations détaillées des entreprises touchées ou menacées sur la base de méthodes qualitatives (entretiens).

Les entreprises seront sélectionnées par échantillonnage aléatoire, puis contactées directement. Afin d'obtenir une image globale mais nuancée de la situation en Suisse qui puisse générer des résultats exploitables par l'économie et le SRC, l'Université de Berne devrait pouvoir fonder l’enquête quantitative sur la participation la plus large possible des entreprises. L'étude devrait être publiée fin 2019.

A quoi servira cette étude

L’étude servira :

  • à établir un inventaire détaillé des problèmes dans le contexte des secteurs économiques et des entreprises suisses concernés,
  • à évaluer les dommages causés par l’espionnage économique aux entreprises suisses et à l’économie suisse dans son ensemble,
  • à demander aux entreprises d’évaluer la qualité de la coopération entre les entreprises et les organismes publics (en particulier le SRC), et
  • à formuler, sur la base des résultats obtenus, des directives de développement pour la coordi- nation des activités de contre-espionnage et du programme de prévention et de sensibilisation "Prophylax" du SRC.

L’étude est menée par le Prison Research Group de l’Université de Berne à l’Institut de droit pénal et de criminologie. Ce dernier a besoin du plus grand nombre possible d’entreprises participantes pour obtenir une vue d’ensemble du phénomène de l’espionnage en Suisse et en tirer des conclusions utiles pour l’économie et le SRC.

Les données ne seront stockées que sur les serveurs de l’université et ne seront en aucun cas transmises à des tiers. Par ailleurs, les données ne sont utilisées que sous forme anonyme dans les rapports, de sorte qu’aucune conclusion ne peut être tirée au sujet d’entreprises ou de personnes individuelles.

Collecte de données

L’étude comprend deux parties :

  • mener des entretiens qualitatifs avec des décideurs responsables choisis sur base d’une sélection rigoureuse d’entreprises de différentes tailles et de différents secteurs d’activité.

Durée : fin mai — fin août 2018

  • réaliser une enquête quantitative sur la base d’un échantillon représentatif d’entreprises pertinentes de tailles et de secteurs d’activité différents.

Durée : mi-janvier — fin février 2019

 

Personne de contact: Fabienne Zwahlen, fabienne.zwahlen@krim.unibe.ch , +41 79 277 14 18

0 commentaire


Les commentaires sont modérés avant d'être publiés