X
Menu

Attention à ne pas céder aux sirènes vertes!

Nathalie Hardyn
Published on 26/09/2018
Views

Un nouveau magistrat PDC aux transports, mais un style différent de son prédécesseur. Reflet sans doute de la personnalité du nouveau ministre, mais aussi – peut-être – d’un gouvernement plus rose et vert que le précédent. Pour la présentation de sa feuille de route, Serge Dal Busco s'est montré déterminé à appliquer les récentes lois votées par le peuple genevois. Il s’agit en l’occurrence de la Loi pour une mobilité cohérente et équilibrée (LMCE) et de celle sur la mobilité douce.

Si le nouveau magistrat veut accélérer la mise en œuvre des projets qui mettent l’accent sur les transports publics et la mobilité douce, il n’a dit mot de la traversée du lac, que le peuple a également votée il y a deux ans. Certes, ce projet de longue haleine dépasse par sa temporalité le cadre de la législature 2018-2023. Mais l’absence de référence à cette infrastructure tant dans la feuille de route que dans le discours de St-Pierre dénote un manque de volonté politique : cela ne va pas aider notre canton à obtenir le soutien de la Confédération. Peu importe que la traversée du lac se réalise à l’horizon 2040 et non 2030 (le Léman Express aura mis plus d’un siècle à se construire). On attend des autorités qu’elles fassent autre chose que de traîner les pieds, quand on sait ce que démontrent les études mandatées par l’administration cantonale. A savoir que l’évolution démographique, la hausse des déplacements et les nouveaux modes de transport forceront le canton à boucler son périphérique autoroutier. Accessoirement, rappelons que la traversée du lac et la mise en œuvre de la nouvelle loi sur la mobilité sont liées. Négliger ce lien risque de susciter pas mal de blocages, non seulement au sein des milieux économiques et routiers, mais aussi dans la population qui ne vit pas au centre de Genève.

Le magistrat a raison quand il parle de la mobilité comme d’une condition cadre qui doit devenir un élément fondamental de notre qualité de vie et de l’attractivité de notre région. Il a également raison quand il déclare que le trafic professionnel circulera mieux si la circulation est moins dense. Par contre, il serait bien inspiré de ne pas trop s’enthousiasmer pour des projets d’impôt sur les places de parking ou de vignette écologique, dont même les partisans savent pertinemment qu’elle ne servira à rien. Les milieux économiques ont ardemment soutenu le Léman Express, de même que la quasi-totalité des projets de transport publics. Ils ont approuvé le plan d’action de la mobilité douce. Ils examineront point par point chaque mesure de la feuille de route 2018-2023 dans l’intérêt des entrepreneurs et de leurs collaborateurs.

2 comments

Marc TERRAILLON
Published on 26/09/2018
Imagions un instant que l'alimentation en eau ou en électricité soient traitées comme le trafic routier!
Daniel Zaugg
Published on 28/09/2018
Il faut également noter que s'il est vrai que la Loi pour une mobilité cohérente et équilibrée (LMCE) prévoit une limitation du trafic dans l'hypercentre au profit de la mobilité douce et des transports publics elle prévoit également la création d'une moyenne ceinture qui permettrait justement d'éviter une partie du trafic de transit par l'hypercentre. Cela non plus, le magistrat n'en a pas pipé mot. Quant à la fiscalisation des places de parc, outre le fait qu'elle ne soit prévue par aucune loi actuelle, c'est un non sens économique complet: de nombreux collaborateurs d'entreprises du bâtiment, par exemple, ont besoin de se déplacer quotidiennement. Le fait que l'employeur leur mette à disposition des places de parc n'est donc pas un avantage mais une nécessité! Pour finir, ce qui est proposé n'est pas une simple fiscalisation puisque la place de parc serait rajoutée au salaire du collaborateur comme avantage en nature. Concrètement cela signifie que l'employé, et l'employeur, paieront également des charge sociales sur ces montants.

Comments are moderated