X
Menu

Soyons plus prévoyants avec nos retraites!

CCIG
Published on 21/12/2018
Summaries

Deux approches différentes pour un même thème : Swiss Risk&Care et le Groupe Mutuel, tous deux sponsors de la CCIG, ont organisé tour à tour e 2018 des séminaires pour sensibiliser les participants aux enjeux des retraites en Suisse.

Le 1er séminaire a fait le point sur les solutions pour optimiser son 3e pilier. 59% des actifs suisses se versent régulièrement un 3e pilier. Mais les 18-24 ans, encore peu concernés, ne sont que 20% à le faire. Les 3e piliers a/b servent encore davantage d’outil fiscal que de capital. La loi le permettant, la fondation 3a de demain proposera prochainement « le meilleur des deux mondes ». L’essentiel est de savoir comment calculer les lacunes de prévoyance personnelle et de suivre les conseils des spécialistes pour en tirer les meilleurs avantages. L’Etat encourage le 3e pilier, malgré les déductions fiscales, car c’est tout ce qu’il n’aura pas à combler plus tard par les prestations complémentaires.

Le 2e séminaire, lui, était axé sur la fragilité du système suisse de prévoyance. Le modèle des trois piliers doit évoluer afin de garantir la pérennité des retraites. Il y a trois raisons essentielles à la différence entre cotisants et rentiers: les enfants du baby-boom arrivent à la retraite, l’espérance de vie continue à monter et les taux d’intérêt restent très bas. Les interrogations des cotisants concernent avant tout les rachats de 2e pilier pour atténuer les lacunes de prévoyance et les possibilités de prendre une retraite anticipée: une option privilégiée déjà par 58% des Suisses. Beaucoup d’actifs n’ont pas assez de rentes pour leurs vieux jours et ont même des dettes hypothécaires.

0 comment


Comments are moderated