X
Menu

Il faut deux jambes pour bien marcher

Juan-Carlos Torres
Published on 21/01/2019
Views

« Les défis des entreprises face à l’économie 4.0 », tel était le thème de notre Etude économique 2018. A l’occasion de l’Evénement économique XXL qui lui a été consacré, j’ai eu l’occasion de rappeler qu’aider ses entreprises membres à maîtriser leur développement, quelle que soit leur taille et leur secteur d’activité, était l’ADN de notre Chambre de commerce.

Et nous nous y emploierons avec une ardeur redoublée au cours des prochains mois, notamment pour ceux qui ne disposent pas des structures et de l’environnement nécessaires pour opérer leur transformation économique par leurs propres moyens.

Les résultats des enquêtes que nous avons menées auprès de vous l’automne passé, afin de savoir ce qui vous plaisait à la CCIG et ce que nous devions améliorer, nous confortent dans la nécessité de poursuivre les actions liées aux conditions cadre, mais aussi dans celle de redonner à notre institution une dimension entrepreneuriale.

Les deux principales raisons qui conduisent les entreprises à adhérer à la CCIG sont, à parts égales, d’un côté la possibilité de faire des affaires et de développer l’entreprise et, de l’autre, la défense des intérêts politiques et économiques de l’entreprise. Et une majorité de nos membres voient cette dernière comme la principale mission de la CCIG.

En matière de nouvelles prestations, votre intérêt porte clairement sur des manifestations propres à faciliter le réseautage et la mise en relation d'entreprises au travers d’échanges entre les membres. La circulation des idées et des contacts est ce qui vous motive. C’est dans ce sens que nous nous sommes donc mis au travail, afin de devenir un centre d’expertise partagé et de créer autour de lui une véritable communauté des membres.

Vous verrez ce nouveau visage de la CCIG se déployer tout au long de 2019, et au-delà. Parmi les choses que vous remarquerez en premier (si ce n’est déjà fait !), il y a l’augmentation des occasions de « pitcher » votre entreprise, puisque les traditionnels 7h30 existent désormais aussi sous forme d’afterworks, à 17h30.

Ensuite, un programme de délégations économiques à l’étranger – étranger pas toujours lointain d’ailleurs – est étoffé, répondant aux attentes des entreprises tant en termes de secteurs d’activités concernés que de destinations.

Enfin, nous nous sommes attaqués au système de gouvernance de la CCIG, dont vous découvrirez les nouveaux contours à l’occasion de la révision en profondeur des statuts que vous devrez valider lors de l’Assemblée générale du 29 avril 2019.

Défendre les entreprises genevoises pour leur permettre d’exercer leurs activités de manière pérenne et être un accélérateur de croissance pour qu’elles puissent apporter de la valeur ajoutée au canton, telles sont les deux « jambes » sur lesquelles se tient la CCIG. Il ne reste qu’à développer leur musculature !

0 comment


Comments are moderated