X
Menu

La CCIG prend la température de ses membres

Alexandra Rys
Published on 03/07/2019
News

Même s’ils n’ont pas de valeur scientifique précise, les petits « coups de sonde » sur un sujet d’actualité donnent toujours des indications utiles. C’est dans cette idée que la CCIG a l’intention, dès aujourd’hui et surtout dès la rentrée prochaine, de faire périodiquement des sondages express en ligne auprès de certains de ses membres. Un outil qui, sans analyse fouillée, a le mérite de faire avancer le débat en mesurant le pouls du moment.

Le premier thème choisi, c’est l’après-RFFA : suite à l’adoption de la réforme fiscale portée par la CCIG le 19 mai dernier, le OUI a-t-il déjà eu des effets concrets sur les affaires des entreprises ? Comme l’a souligné un récent article du « Matin Dimanche » (le 23 juin 2019), les multinationales installées à Genève ont donné des signes positifs de confiance, même si elles verront leur fiscalité passer de 11 à 13,99% en 2020 ! Certaines d’entre elles s’apprêtent à réembaucher : c’est le cas du groupe chinois COFCO ou de MSC Croisières. Le président de ce dernier, Gianluigi Aponte, entend créer 300 nouveaux emplois au bout du lac, rassuré par le retour à la stabilité fiscale. La firme française Total transfèrera même son siège de négoce de Londres à Genève. Les PME, qui bénéficieront au 1er janvier prochain d’une baisse de dix points de leur taux d’imposition sur le bénéfice (24,2% à 13,99%), ont aussi  de quoi être encouragées. Sans compter la super-déduction de 150% sur les activités R&D.

Ces perspectives se vérifient-elles déjà ou est- ce encore un peu tôt ? Faites-nous savoir vos premières impressions dans ce mini-sondage. Histoire de prendre déjà un peu votre température, qu’on espère caniculaire !

 lien-picto Allez au sondage 

3 comments

Gorgone Giovanni
Published on 03/07/2019
Nous nous sommes posés certaines questions suite à cette baisse de taux d'impôts. Nous sommes présents dans 8 cantons et je pense que l'effet sera un peu plus contenu par rapport aux entreprises qui ont une activité seulement sur Genève.
Stéphane Oberson
Published on 04/07/2019
Pour l'instant, pour notre branche d'activité (boulangerie, pâtisserie, confiserie et salon de thé), il est beaucoup trop tôt pour voir un quelconque effet . Par contre, le moment est venu de remettre sur la table le dossier de la "taxe professionnelle", dont les communes genevoises sont les uniques bénéficiaires en Suisse. Impôt déguisé, cette taxe ne devient-elle pas hors-la-loi suite à l'acceptation de la RRFA et à l’harmonisation de l'imposition ? car avec cette taxe professionnelle, le canton de Genève est désavantagé et perd en attractivité face aux autres cantons et elle ne correspond non plus à la décision populaire.
André Schneider
Published on 04/07/2019
Pour l'instant nous n'avons reçu aucune réaction de nos partenaires à l'étranger. J'en déduis que l'information n'a tout simplement pas circulé par les médias. Peut-être l'effet se fera sentir après l'activation concrète dans l'année qui suit sa mise en application. Dans le contexte intercantonal, nous n'avons pas non plus reçu beaucoup d'échos. Comme M. Oberson le mentionne, il est l'heure d'en finir avec la "taxe professionnelle" qui freine tout développement à Genève comparé au Canton de Vaud et autres.

Comments are moderated