X
Menu

Un Pacte fait pour durer

CCIG
Published on 04/07/2019
CCIGinfo special report

Genève est un centre de gouvernance internationale, qui se distingue par un engagement marqué et souvent précurseur en matière de durabilité. C’est ainsi qu’en juin 2018 les Nations Unies ont choisi ce canton comme point de départ du « Tour de Suisse pour une économie responsable ». Cette démarche s’inscrit dans un écosystème de mesures internationales et suisses, dans lequel les entreprises sont amenées à prendre une part active. Le Pacte mondial de l’ONU rassemble d’ailleurs déjà des milliers d’entreprises prêtes à œuvrer en ce sens.

Le « Tour de Suisse pour une économie responsable » est un circuit de quatre ans composé d’ateliers, de conférences et d’événements itinérants dans le but de fédérer le secteur privé autour des enjeux de la durabilité. Il vise à rendre les entreprises helvétiques attentives à leur rôle envers les générations futures et promeut la Responsabilité sociale des entreprises (RSE) et les Objectifs du Développement durable (ODD).

Une impulsion donnée il y a quatre ans

C’est en 2015 que l’Assemblée générale de l’ONU a adopté à New York l’Agenda 2030, qui comprend 17 ODD, accompagnés de 169 cibles que les Etats-membres visent à atteindre d’ici à 2030. Les ODD tiennent compte équitablement des dimensions économique, sociale et environnementale du concept et intègrent pour la première fois l’éradication de la pauvreté et le développement durable dans un dispositif commun.

La Suisse est elle aussi appelée à réaliser les ODD sur le plan national. A cette fin, un Plan d’action national se déploie actuellement. Il clarifie les attentes du Conseil fédéral à l’égard des entreprises et expose, au moyen de 50 instruments politiques, la manière dont la Suisse met en œuvre les Principes directeurs de l’ONU. Son objectif est de renforcer la protection des droits de l’homme dans le cadre des activités économiques.

Un Pacte pour la RSE

Le Pacte mondial de l’ONU (UN Global compact), la plus large initiative planétaire en matière de responsabilité sociétale, est sans doute la réponse la plus concrète pour les entreprises à cette problématique. Cadre d’engagement volontaire, référentiel international et plateforme d’actions, il réunit près de 10 000 entreprises de 170 pays. Les entreprises signataires acceptent d'appliquer à tous les niveaux de leur politique d'entreprise dix principes répartis en quatre catégories : droits de l'homme, droit du travail, environnement et bonne gouvernance.

Le Pacte mondial est une initiative non contraignante. Les entreprises s’engagent de leur propre gré à respecter les dix principes généraux. Elles le font publiquement et promettent d'informer de manière transparente sur la façon dont elles ont appliqué leurs engagements. Ce pacte ne contrôle, ni n’impose une quelconque conduite ou activité aux organisations participantes. Il est destiné à stimuler les changements, à promouvoir les responsabilités de chacun et à encourager les solutions innovantes ou partenariats.

Sis à New-York, le bureau du Pacte mondial possède différents outils pour faire campagne et assurer le suivi des promesses d’engagement : des bureaux régionaux et nationaux qui jouent le rôle de réseaux locaux et des forums d'échange. Agissant comme relais officiel en Suisse, le Global Compact Network Switzerland compte parmi ses membres certaines des plus grandes sociétés du pays (ABB, Novartis, Credit Suisse, UBS), des PME et des organisations de la société civile. L’association accompagne les entreprises dans leur démarche RSE et met à leur disposition différents instruments de travail. Elle offre à tous les types d’entreprises et d’organisations un lieu d’échange pour initier, développer et partager leurs processus.

Pourquoi y adhérer ?

De nombreuses entreprises estiment que le respect des droits de l’homme dans le cadre de leurs activités est d’importance stratégique (avantages concurrentiels, positionnement sur le marché, accroissement de la productivité, prévention des risques de réputation, etc.). Un nombre croissant d’entreprises assument désormais consciemment leurs responsabilités en matière de droits de l’homme. Elles le font par exemple en en tenant compte dans leurs lignes directrices, dans l’évaluation des risques des chaînes d’approvisionnement, par le biais des mécanismes de plaintes ou des normes de conduite.

Mais l’appartenance au Pacte mondial permet également :

  • d’échanger sur les meilleures pratiques avec tout type d’organisations et d’experts, lors de conférences ou de débats ;
  • de participer à des groupes de travail stimulants avec des pairs ;
  • de bénéficier d’un accompagnement individuel ou collectif dans la démarche vers une RSE et dans l’implémentation des principes directeurs du Pacte mondial ;
  • de se faire proposer des mises en relations au sein ou à l’extérieur du réseau ;
  • de bénéficier d’un accès privilégié à l’information liée au Pacte mondial, à la RSE et aux enjeux de l’ONU ;
  • de collaborer avec d’autres réseaux locaux sur des thèmes spécifiques.

La CCIG encourage vivement ses entreprises membres à adhérer au Global Compact Network Switzerland (www.globalcompact.ch/membership/how-to-join).


Qu’est-ce que la RSE ?
La responsabilité sociale des entreprises (RSE) englobe une large palette de thèmes dont les entreprises doivent tenir compte, tels que les droits de l’homme, l’environnement, la prévention de la corruption, la concurrence équitable, les intérêts des consommateurs, la fiscalité et la transparence. La RSE implique de respecter les dispositions légales et les conventions entre partenaires sociaux. Sa mise en œuvre conséquente apporte une importante contribution au développement durable. Elle peut aussi avoir des effets positifs sur la compétitivité des entreprises.


Trois questions à Jean-François de Saussure, CEO de Caran d’Ache et membre du Conseil de la CCIG
 
1) Que fait Caran d'Ache au quotidien en matière de responsabilité sociale ?
Caran d’Ache est active depuis des décennies dans ce domaine ; c’est même l’une des valeurs-clé de notre maison, en plus de la fabrication suisse, de l’excellence, de l’innovation et de la créativité. Nous avons mis en place plusieurs mesures. Sur le plan social, nous sommes membres fondateurs du Service social inter-entreprises et depuis dix ans nous avons dans notre manufacture un atelier de réinsertion de personnes des EPI en situation de handicap. Au niveau écologique, nous avons installé des panneaux solaires, avons remplacé tous les vernis à base de solvants par des vernis aqueux, disposons d’une station de traitement des eaux, trions tous les déchets, n’utilisons que des bois certifiés FSC et COBS agréés et récupérons 80 tonnes de copeaux de bois pour le chauffage. Nous étions même pionniers à Genève dans la certification ISO 14 001. Caran d’Ache privilégie les circuits courts afin de réduire son impact écologique.
 
2) Quelle importance pour une firme comme la vôtre d'adhérer à un tel Pacte mondial : en attendez-vous des effets concrets ou est-ce plutôt une question d’image ?

Cette charte, à laquelle nous avons adhéré en mai 2018, nous permet de rassembler sous un label reconnu une grande partie de nos engagements responsables. Et, désormais, nous poussons nos partenaires et fournisseurs à respecter les mêmes critères dans une Charte éthique que nous avons édictée. Ce Pacte prévoit un suivi des actions mises en place afin de jauger les engagements de l’entreprise et de progresser d’année en année.
 
3) Pourquoi, selon vous, est-il important que des entreprises s'engagent dans la voie du développement durable ?
 
C’est fondamental pour la planète, mais soutenir la transition écologique peut aussi être intéressante financièrement. Il y a un investissement initial certes, mais cette différenciation a un sens stratégique, puisque les jeunes générations y sont heureusement très sensibles. Il faut d’ailleurs voir cela à long terme pour dégager des gains d’échelle: si, pour nous, acheter du bois suisse coûte un peu plus cher initialement, notre système de récupération des eaux, par contre, nous fait désormais économiser chaque année l’équivalent de 20 piscines olympiques en consommation d’eau.

Pour en savoir plus

Sur le Pacte mondial : www.unglobalcompact.org

Sur le Global Compact Network Switzerland : www.globalcompact.ch

Sur les ODD : www.un.org/sustainabledevelopment/fr/objectifs-de-developpement-durable

Sur le Plan d’action national : www.nap-bhr.admin.ch/napbhr/fr/home.html

 

0 comment


Comments are moderated