ou Login MyCCI
X
Menu

Coup dur pour les commerçants genevois 

Communiqué de presse
Published on 28/11/2021
Press release

(Genève, le 28 novembre 2021) La CCIG prend acte des résultats de la votation sur le projet de loi modifiant les horaires d’ouverture des commerces. Elle regrette qu’une majorité des citoyens ait refusé d’apporter aux commerces genevois la modeste bouffée d’oxygène dont ils avaient besoin pour s’adapter à l’évolution des habitudes de consommation de la clientèle. Ce vote négatif met également un terme à la possibilité d’ouvrir trois dimanches par année, en particulier avant les fêtes de fin d'année, une expérience qui s’était pourtant déroulée à la plus grande satisfaction des clients et des commerçants. Le tourisme d’achat, en ligne ou dans d’autres magasins, continuera malheureusement à avoir de beaux jours devant lui.

Le vote de ce dimanche est une sérieuse déception pour tous ceux qui luttent pour que les commerces genevois soient mieux armés face à la concurrence voisine, qu’elle soit vaudoise ou française.
Pour Vincent Subilia, directeur général de la CCIG, il devient donc d’autant plus urgent que l’ensemble des acteurs, canton compris, accélèrent les réflexions afin de dynamiser le tissu économique local, notamment dans le centre de Genève. Une accélération est d’autant plus nécessaire que la cinquième vague de la pandémie et le retour des restrictions assombrissent les espoirs de reprise durable.

Loi COVID-19 : une loi essentielle pour l’économie
Depuis son entrée en vigueur, la loi COVID-19 vise à créer les bases légales permettant au Conseil fédéral de reconduire certaines des mesures de lutte contre la pandémie prises au printemps 2020. Elle règle également l’octroi des aides aux secteurs et aux travailleurs les plus touchés par les restrictions imposées par le Conseil fédéral, ainsi que les dispositions liées à la vaccination et à l’utilisation du certificat COVID.

Il est heureux que les électrices et les électeurs ne se soient pas laissé aveugler par la polémique sur le certificat COVID au risque de jeter le bébé avec l’eau du bain. Des mesures essentielles en faveur des secteurs les plus touchés de l’économie resteront donc en vigueur, en particulier les bases légales fédérales relatives à l’indemnisation des organisateurs de manifestations publiques d’importance supra-cantonale qui ne peuvent ou n’ont pu avoir lieu en raison de la pandémie.

Sur le plan politique, la CCIG a en particulier œuvré, durant cette crise, pour que les indemnités répondent autant que possible aux préjudices causés par les restrictions sanitaires. C’est pourquoi elle se réjouit aujourd’hui du soutien de la population à cette loi, essentielle à la pérennité d’un grand nombre d’acteurs économiques, dans différents secteurs.

0 comment