FR
EN

Les seniors toujours dans la course

ShareThis
Nicolas Grangier
Posté le 29.03.2017
Comptes rendus

Les Rencontres du Management Durable (une collaboration CCIG, HEG et Etat de Genève) étaient consacrées le 24 mars à un thème d’actualité: la place des plus de 45 ans dans l’entreprise. Elles ont en particulier remis en question certains préjugés. Le Prof.Giovanni Ferro Luzzi, directeur de l’Institut de recherche appliquée en économie et gestion (IREG) a donné le contexte. Il s’agit pour un patron de tenir compte de l’âge, de l’expérience et des compétences d’un collaborateur. En compensation, l’entreprise peut fidéliser cette personne avec un salaire progressif. En Suisse, la productivité des seniors est moindre que dans le reste de l’OCDE. Le taux d’employabilité des seniors reste assez bon, leur taux de chômage bas, mais quand ils tombent au chômage, c’est pour longtemps. Il existe toujours chez l’employé le réflexe «je vaux tant», préférant souvent la solution chômage à ses risques et péril!

Giovanni Ferro-Luzzi recense plusieurs stéréotypes : les travailleurs plus âgés sont moins performants, productifs et motivés. Ils sont moins résistants au changement. Ils sont moins aptes à se former. En fait, beaucoup de gens se forment, alors qu’ils n’en ont pas besoin, et inversement ! Ils restent moins longtemps en entreprise et lui coûtent plus cher.

Il y a eu deux exemples de témoignages d’entreprises : la fondation Foyer-Handicap qui embauche de nombreux seniors, surtout dans ses résidences ou ses transports. Selon la directrice Sophie Christen Creffield, c’est surtout le déséquilibre dans les équipes qui déterminent le fonctionnement. L’Ecole Hôtelière de Genève donne aussi une large place aux plus de 45 ans, qui encadrent les 300 étudiants. Pour le directeur général Alain Brunier, c’est une plus-value, tant pour la crédibilité, l’envie de transmettre et les bonnes connaissances de la clientèle.

En conclusion, parmi les pistes de réflexion, l’IREG a cité la formation continue, l’aménagement du poste et la rémunération à l’ancienneté. Les jeunes, en tous cas, se bonifient au contact des seniors, c’est l’essentiel.

Le résumé en vidéo

0 commentaire


Les commentaires sont modérés avant d'être publiés