X
Menu

Arrêté fédéral sur les crédits d’engagement à partir de 2019 pour les contributions aux mesures dans le cadre du programme en faveur du trafic d’agglomération

Le Département fédéral de l’environnement, des transports, de l’énergie et de la communication (DETEC) a procédé à une consultation relative à l’Arrêté fédéral sur les crédits d’engagement à partir de 2019 pour les contributions aux mesures dans le cadre du programme en faveur du trafic d’agglomération (Projet d’agglomération 3). Compte tenu de l’importance du développement de l’agglomération pour l’économie genevoise et le Grand Genève dans son ensemble, la CCIG a pris position.

Elle regrette les faibles moyens alloués au Projet d’agglomération 3 par la Confédération. Alors que les premier et deuxième projets d’agglomération ont bénéficié de 186 respectivement 204 millions de francs de contributions fédérales réservées sur le Fonds d’Infrastructure, le Projet d’agglomération 3 obtiendrait seulement 38,8 millions de francs de crédits fédéraux. Ceux-ci provenant du Fonds pour les routes nationales et le trafic d’agglomération (FORTA) entre 2019 et 2022.

La CCIG souligne que la région du Grand Genève concentre l’une des plus fortes croissances d’Europe en termes de création d’emplois et d’évolution démographique. Pour que Genève puisse continuer à assurer pleinement son rôle de pôle économique et de seul canton romand contributeur à la péréquation nationale, la Confédération doit veiller à doter le canton et sa région des infrastructures nécessaires à son développement économique et démographique.

La CCIG précise que le développement des agglomérations et de leur infrastructure, y compris la desserte avec un centre urbain, revêt une importance cruciale pour la prospérité économique du canton. Afin de promouvoir et d’accompagner le développement de secteurs stratégiques comme celui de la Genève internationale, de l’aéroport de Genève ou de Palexpo, le canton a besoin d’infrastructures fiables, sûres, confortables et en capacités suffisantes.

Par ailleurs, la CCIG soutient la demande du Conseil d’Etat genevois de voir réévaluées, par la Confédération, onze mesures qui portent sur des infrastructures indispensables au bon fonctionnement de l’agglomération et du canton de Genève. En particulier, la construction d'un axe « tram » entre la Place des Nations et l'interface multimodale P47, essentiel pour la Genève internationale, n’a pas été retenue comme mesure prioritaire. C’est également le cas des projets transfrontaliers de tramway et de bus à haut niveau de service, indispensables au fonctionnement de l’agglomération toute entière.

La CCIG exprime l’urgence ressentie par les acteurs économiques genevois d’améliorer les conditions cadre de l’économie, par la livraison au plus vite des infrastructures de transport prévues par le Projet d’agglomération 3 et par la mise en œuvre des services nécessaires.

La prise de position complète peut être téléchargée ici.