X
Menu

Plan sectoriel de l'infrastructure aéronautique (PSIA)

Une desserte aérienne de qualité est une variable déterminante pour l’attractivité de Genève et la compétitivité de ses entreprises. La CCIG a pour cette raison pris position sur le projet de nouvelle fiche PSIA pour l’aéroport de Genève mise à l’enquête par l’Office fédéral de l’aviation civile, ceci afin que les besoins de l’économie soient pris en compte par les autorités fédérales.

Le « Plan sectoriel de l’infrastructure aéronautique » (PSIA) est l'instrument de planification de la Confédération en matière d’aviation civile. L’enjeu principal de la nouvelle fiche PSIA est la baisse visée de l’impact sonore du trafic aérien aux abords de l’aéroport à l’horizon 2030, un objectif ambitieux et unique en Suisse.

La CCIG soutient cet objectif tout en souhaitant que le calendrier applicable puisse être sujet à évolution en fonction des contraintes techniques et économiques. Il est cependant important que les mesures à prendre à l’horizon 2030, malheureusement non détaillées dans le projet, ne nuisent pas à la qualité de la desserte aérienne de Genève.

La CCIG souligne en particulier les éléments suivants :

  • Les mesures envisagées devront impérativement faire l’objet, en amont, de discussions et d’une bonne coordination avec les compagnies aériennes.
  • Ces mesures ne doivent pas entraver la capacité de l’aéroport de répondre à la demande en transport aérien à l’horizon 2030.
  • Le développement de nouveaux vols long-courriers doit demeurer possible.
  • S’agissant des restrictions de mouvements possibles à partir de 22h00, la fiche PSIA doit tenir compte des besoins des compagnies aériennes basées à Genève en termes de gestion de leur flotte. Il est par exemple nécessaire de maintenir la possibilité exceptionnelle d’atterrir entre 24h00 et 00h30.
  • S’agissant des enjeux liés à l’aménagement du territoire et à la construction de logements, il importe de faire usage de la latitude offerte par les normes légales en vigueur afin de concilier logement et activité aéroportuaire.
  • S’agissant enfin de l’accessibilité terrestre de l’aéroport, les autorités cantonales et fédérales doivent veiller à ce que la desserte en transports collectifs de l’aéroport soit optimisée, en particulier tôt le matin et tard le soir.


La prise de position complète peut être consultée ici.